Afrique

Après dix jours de manifestations violentes, un certain calme est revenu en Haïti mais la tension reste forte car l’opposition réclame toujours la démission du président Jovenel Moïse. Dans ce contexte si fragile, l’arrestation dimanche soir d’un groupe de sept étrangers et un Haïtien en possession d’un arsenal de guerre est venue alimenter les rumeurs, mais le gouvernement nie avoir enrôlé des mercenaires.